Tu en tiens une sacrée couche!

Une sacrée couche oui, mais une couche de quoi ?

De vernis évidemment.

Il s’agit donc de l’étape suivante, une des plus importantes et des plus longues ! Le vernissage.

Mon choix s’est porté sur un vernis acajou finition cirée. Pourquoi? Parce que c’est joli tiens!

Nous en sommes à déjà 3 ou 4 couches et le résultat a déjà de la gueule. Jugez plutôt :

DSC02102 DSC02103 DSC02104 DSC02105 DSC02106

Merci à Anne-Laure qui s’est consacrée avec beaucoup de talent à cette tâche.

Il reste encore deux ou trois couches de vernis à passer avant de s’attaquer à la décoration finale.

A suivre …

Publicités

Sortons couvert …

L’intérêt d’un pedalboard est aussi de pouvoir transporter simplement sa chaîne d’effets en concert et pouvoir commencer à jouer sans perdre trop de temps à installer ses pédales.

Dans cette perspective, la réalisation d’un couvercle s’imposait.

La première caisse ayant servi à faire le pedalboard, la deuxième va servir à réaliser le couvercle de ce bel ensemble.

La caisse "brute"

La caisse « brute »

A partir de ce matériau de base, j’ai découpé la caisse en « négatif » avec le pedalboard.

DSC02090

Le pedalboard ayant quand même été fait « à main levé » et plutôt à l’improvisation, ses dimensions sont donc irrégulières. Il a donc fallu procéder à des ajustements pour faire correspondre un tant soit peu le couvercle avec le pedalboard.

L’exercice ne fut pas sans peine mais après de multiples rabotages, l’ensemble prend forme.

DSC02093 DSC02094 DSC02095

On voit que l’ajustement sur les cotés n’est pas optimum. La bonne surprise est qu’une note de musique est apparue sur un coté! Cette anomalie va donc être mise à profit et va constituer un élément marquant de la décoration à venir.

Mis en contexte, le pedalboard donne ceci :

DSC02098 DSC02100

Il ne rester plus qu’à vernir l’ensemble, le décorer, visser des poignées et poser un grand nombre de fermoirs pour rendre l’ensemble bien solide.

A propos, elles sonnent bien tes pédales ?

D’enfer!  J’enregistrerais une petite démo à l’occasion…

Des renforts pour la pérennité de l’ensemble.

L’examen attentif du plateau supérieur a montré que celui ci, bien qu’étant solide, avait tendance à s’incurver si on appuie trop dessus. Or, activer les pédales avec les pieds  n’est pas une action si délicate … Ma crainte était donc qu’à terme, la plaque se casse.

Il y a donc nécessité de renforcer la rigidité de l’ensemble et de renforcer le plateau supérieur.

Outre la pose de deux pieds, j’ai opté pour l’ajout d’une baguette en aluminium en tête du plateau.

La baguette :

profile-tube-en-aluminium-0-75x1-40cm-1m

La forme de la baguette est de nature à la rendre rigide (ce n’est pas le jour pour faire un cours de résistance des matériaux mais c’est bien le cas!).

Une fois celle-ci coupée à la bonne taille et clouée, le pedalboard est désormais beaucoup plus solide.

DSC02084 DSC02085

Et tiens, une nouvelle pédale!

Il s’agit d »une petite merveille de delay fabriquée par Strymon, la « El capistan » :

J’fais des trous, des p’tits trous …

L’intérêt d’un pedalboard, outre le rangement optimum des pédales, réside dans la possibilité de pouvoir y loger les alimentations, de cacher et rationaliser le passage des câbles.

Pour ce faire, quelques trous ont donc été nécessaires.

Avec l’aide d’une perceuse, d’un Dremel et après quelques prises de tête, j’ai percé dix trous sur le plateau supérieur.

Le test grandeur nature avec les câblages est concluant. Voyez plutôt :

DSC02074

DSC02076

DSC02081

La deuxième boîte va servir pour faire le couvercle de ce bel ensemble. Ce n’est toutefois pas la première priorité.

Concernant le pedalboard, la prochaine étape sera le vernis teinté avant la décoration qui sera dans un esprit steampunk (mais non encore finalisée, elle est donc susceptible d’évoluer).

L’heure de vérité …

C’est bien beau tout ça, mais vais-je pouvoir loger mes pédales ?

Le premier essai est concluant puisque tout rentre et l’ensemble est d’assez bonne tenue. Jugez plutôt !

DSC02070

DSC02071

A noter que la big Crush de Rocktron va être remplacée sous peu par l’Empress Compressor.

Il ne reste plus qu’à percer 3 (ou 4) trous et l’ensemble va pouvoir être verni et décoré.

Autant dire que le plus dur reste à faire…

Le montage du deuxième niveau …

Vu le nombre de pédales à caser et la nécessité d’intégrer deux blocs d’alimentation un deuxième  niveau s’imposait!

la partie cachée abritera les blocs d’alimentation, alors que la partie supérieure accueillera les pédales de modulation.

Pose de la planche :

DSC02058

Puis des rebords :

DSC02063

DSC02066

L’heure de vérité approche!

Vais-je pouvoir ranger de manière satisfaisante mes pédales ?